Marc-Antoine Dilhac, professeur agrege de philosophie, docteur en philosophie

Marc-Antoine Dilhac, professeur agrege de philosophie, docteur en philosophie

Notre presse n’est pas un quatrieme i?tre capable de, a cote des pouvoirs executif, legislatif et judiciaire : elle est la servante libre de la democratie, ecrit dans une tribune Marc-Antoine Dilhac, professeur agrege de philosophie, docteur en philosophie.

  • Partage
  • Partage desactive Partage desactive
  • Partage desactive Envoyer par e-mail
  • Partage desactive Partage desactive
  • Partage desactive Partage desactive

O n doit se rejouir sans retenue des https://datingmentor.org/fr/adultspace-review/ revelations et des analyses une presse francaise dans ce qu’on appelle desormais “l’affaire Bettencourt-Woerth”

Le gouvernement lui-meme et les elus dans leur ensemble, soucieux de proteger la democratie et les libertes individuelles, doivent egalement se feliciter que la France dispose de la presse independante et vigoureuse. Peut-etre certains elus et ministres d’une Republique evoquant une “cabale” et meme “des methodes fascistes” n’ont-ils toujours pas commande la mesure de l’importance d’une presse libre et sans complaisance en democratique. Cela suffira d’en expliquer des vertus pour qu’ils apportent un soutien inconditionnel a J’ai liberte d’information et qu’ils renoncent a legiferer, avec de nobles intentions, n’en doutons nullement, Afin de la limiter.